Pompier incendiaire de l’hérault : une affaire honteuse pour le sdis 34

Le mardi 17 janvier 2023, la Cour d’Appel de Montpellier a entendu les aveux d’un pompier volontaire et adjoint au maire de Saint-Jean-de-la-Blaquière, Guillaume Rigal. Ce père de famille, lui-même fils d’un officier pompier professionnel, a reconnu avoir allumé une vingtaine d’incendies volontaires depuis 2018.

En prison depuis son arrestation par les gendarmes de Lodève le 22 juillet 2022, il a demandé sa libération en racontant avoir enfin compris ce qui le poussait à agir. « Je veux changer totalement de voie. Je ne veux plus rien à voir avec le feu », a-t-il déclaré devant la Cour. Mais comment un pompier volontaire peut-il être suspecté d’être un pyromane ? Quels sont les faits qui ont abouti à son arrestation ? Quels sont les liens entre le suspect et sa commune ? Comment le SDIS 34 réagit-il face à cette affaire ? Quelle est la réaction des élus locaux ? Quel est l’avenir judiciaire de Guillaume Rigal ?

Comment un pompier volontaire peut-il être suspecté d’être un pyromane ?

Les soupçons des gendarmes se sont portés sur Guillaume Rigal dès le mois de mai 2022, quand sa voiture a été vue à proximité des différents départs de feu. Des recoupements ont alors été faits et ont mené aux investigations qui ont abouti à son arrestation.

Selon la magistrate qui a présidé l’audience, Guillaume Rigal était interpellé vers une heure du matin alors qu’il était garé devant la mairie de son village et qu’il venait de signaler lui-même quatre départs de feu aux alentours de sa commune. Cela n’a pas manqué de susciter les interrogations des forces de l’ordre.

Quels sont les liens entre le suspect et sa commune ?

Guillaume Rigal est connu pour être un citoyen engagé, très impliqué dans la vie locale. En effet, il est pompier volontaire au sein du Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS) 34 depuis plusieurs années et il est également troisième adjoint au Maire de Saint-Jean-de-la-Blaquière.

Cette double fonction explique en partie pourquoi cette affaire a été si choquante pour la commune et les habitants du département. Les résidents du village sont restés bouche bée face à l’implication supposée du jeune homme dans ces incendies volontaires.

Comment le SDIS 34 réagit-il face à cette affaire ?

Le Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS) 34 se sent trahi par un membre actif des services publics qui aurait abusé du rôle dont il bénéficie au sein du corps départemental. Dans un communiqué publié après l’arrestation, le SDIS 34 a indiqué que sa mission principale consiste à protéger les populations contre les risques incendies et que tout acte contraire ne peut être toléré.

Dans ce même communiqué, il est clairement indiqué que ces actions n’engagent pas la responsabilité hiérarchique ou collective des personnels du SDIS 34 et que tous les membres sont impliqués quotidiennement pour mettre fin aux incendies criminels.

Quelle est la réaction des élus locaux ?

Les autorités locales sont soulagés que Guillaume Rigal ait été arrêtée mais elles sont également conscientes que cette affaire aura des conséquences néfastes sur la réputation du village et du département. Selon eux, leur principale préoccupation est maintenant que justice soit faite.

« Nous condamnons fermement ces actions qui nous remplissent tous d’un sentiment d’horreur », a déclarée Mme Vailhauquès, Maire de Saint-Jean-de-la Blaquière. « Nous devons tous travailler ensemble pour mettre fin à cette sombre affaire et oeuvrer ensemble pour protèger nos populations contre ce genre d’acte ».

Quel est l’avenir judiciaire de Guillaume Rigal ?

Lors de son audition devant la Cour d’Appel en janvier 2023, Guillaume Rigal a expliquer qu’il espère pouvoir changer radicalement sa vie en prenant conscience des erreurs qu’il a commises. Il souhaite également obtenir une libérée conditionnelle afin qu’il puisse retrouver sa famille (son épouse ayant étée sidérée par cette affaire).

« Je veux reprendre ma vie en main », a-t-il affirmée devant la Cour. « Je veux montrer que je suis capable d’aller mieux ».

.

Le juge doit encore rendre son jugement sur l’avenir judiciaire de Guillaume Rigal. La sentence sera prononcée mi mars 2023.

.

Conclusion : Une affaire honteuse pour le SDIS 34

L’affaire concernant l’incendiaire Guillaume Rigal restera gravée comme une grande honte pour le Département Haut Garonnais et notamment pour le Service DÉpartemental d’Incendie et Secours (SDIS) 34 . Un pompier volontaire, censés protèger les populations contre les risques incendies, arrêtée car soupçonnée d’allumer des feux volontaires : on imagine sans peine l’effroi provoquée chez toute personne appartenant aux services publics.

.

Guillame Rigal doit maintenant assumer pleinement ses actes devant la justice française. Le verdict sera rendu mi mars 2023. En attendant ce jour fatidique où tout sera dévoilés sur cette affaire sombre , restons vigilants face aux risques incendies.

.

Malgré les nombreuses difficultés auxquelles sont confrontés les pompiers incendiaires de l’Hérault, il faut aussi penser au long terme et envisager des investissements qui peuvent offrir une certaine stabilité financière. Le dispositif Pinel est un excellent moyen pour réaliser cet objectif et permettre à chacun de planifier sereinement son avenir financier.