Pénurie de carburant en France : que peut-on attendre des conséquences du conflit ?

À deux jours de la grève du 19 janvier contre la réforme des retraites, certains types de carburants commencent à manquer. Quelque 3,75 % des stations-service françaises étaient à court soit d’essence, soit de gazole, ce lundi 16 janvier, selon des données publiques, le secteur pétrolier évoquant des pleins de précaution avant la mobilisation contre la réforme des retraites. Ces chiffres restent cependant loin des difficultés observées lors de la grève des raffineries en octobre. Les statistiques proviennent des données disponibles sur le site prix-carburants.gouv.fr et englobent environ 10 200 points de vente.

Près d’une station sur cinq était affectée lundi dans les Yvelines (18 %) et plus d’une sur dix (13 %) dans le Pas-de-Calais. Dans ces deux départements, 5 % des stations étaient à sec, c’est-à-dire n’avaient ni gazole, ni essence. Selon La Voix du Nord, des dizaines de stations-service du Pas-de-Calais et du Nord sont en rupture d’au moins un carburant, certaines jusqu’à trois carburants. Le SP95, SP95 E10, le SP98 l’E85 et le GPL sont davantage concernés, précise le quotidien régional. C’était aussi le cas d’une station TotalEnergies d’Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) ce lundi, qui ne servait que du gazole. Dans trois autres départements (Loir-et-Cher, Mayenne et Essonne), plus de 10 % des stations étaient à sec : 11 % en Mayenne et 11 % en Essonne et 12 % en Loir-et-Cher.

Quelles sont les causes de cette pénurie ?

La cause principale est liée au conflit social qui touche les raffineries depuis plusieurs semaines déjà contre la réforme des retraites. Les syndicats CGT Pétrole ont appelé à plusieurs jours de grèves à partir du 19 janvier pour protester contre cette réforme gouvernementale et maintenir la pression sur le gouvernement pour obtenir un retrait ou une amélioration du projet.

Cette pénurie s’est faite ressentir principalement sur les zones urbaines où les stations service sont plus nombreuses mais aussi plus sollicitées par une population plus dense ce qui intensifie la demande en carburants et entraine une rupture plus rapide des stocks chez les distributeurs. Dans certaines villes telles que Grenoble ou encore Paris, il est ainsi très difficile pour les automobilistes trouver un distributeur proposant encore l’essence ou le gazole alors qu’il est plus facilement disponible à la périphérie ou en banlieue.

Quelle est la situation actuelle ?

Selon les informations publiées par Prix Carburants ce matin, 17 janvier 2020 : près de 5 % des stations service recensés par le site sont à court soit d’essence soit de gazole tandis que 2% ne proposent aucun carburant. Concernant spécifiquement les grandes villes comme Paris ou Marseille on peut constater que 7% et 5% respectivement des distributeurs ne proposent aucun carburant ce matin alors qu’ils représentaient respectivement 3% et 4% hier soir selon les données collectées par Prix Carburants . Les données pour Lyon sont encore plus alarmantes puisque 12% des distributeurs sont à sec ce matin alors qu’ils n’étaient que 4% hier soir.

Quelle est l’impact sur les entreprises ?

Le secteur automobile est particulièrement touché par cette pénurie qui entraine une hausse significative des prix pour tous les produits pétroliers et qui complique grandement l’approvisionnement normal pour tous les professionnels dont celui des transports terrestres notamment Flixbus qui a annoncé vendredi suspendre temporairement certaines lignes nationale face aux restrictions liés à la pénurie de carburants qui entrainent une hausse significative du prix du gasoil . La compagnie a indiquée vouloir reprendre progressivement son activité “dès que possible” mais n’a pas préciser si elle attendait un retour à la normale du secteur pétrolier ou si elle cherchait à trouver un autre approvisionnement moins onéreux .

Que peut nous dire le ministère ?

Le ministère chargée du secteur pétroliers a indiquée qu’il surveillait attentivement la situation afin que personne ne souffrent inutilement . Il a assurée que le gouvernement était aux côtés des citoyens afin qu’ils puissent faire face aux conséquences liés au conflit social qui touchent actuellement le secteur pétroliers . Toutefois , il reste prudent quant au retour à la normale après cette grève estimant qu’il sera difficile .

Conclusion

La pénurie actuelle affecte directement tous les consommateurs français mais également tout le secteur automobile qui voit son approvisionnement compliquer par cette crise sociale liée à la réforme des retraites. Si le gouvernement reste vigilant quant aux consommateurs afin qu’ils ne subissent pas trop fortement cette rupture , il faudra sans doute attendre plusieurs jours avant que le retour à la normale se fasse sentir .

Alors que la pénurie de carburant ne fait qu’empirer, Renault et Nissan sont enfin parvenus à un accord pour révolutionner leur alliance et offrir des solutions plus durables aux consommateurs.